Blog du site www.atousante.com

Le blog du site AtouSante propose des informations en santé, droit du travail, droit social, droit disciplinaire et des actualités à propos des nouvelles technologies dans le monde du travail

lundi 29 août 2011

Les erreurs à ne pas commettre pour que votre CV retienne l’attention d’un recruteur



Un recruteur passe en moyenne 1 minute sur un CV, il ne lit la lettre de motivation que si le CV a retenu son attention.

Plusieurs études ont été réalisées auprès des recruteurs et ont permis de repérer les erreurs à ne pas commettre dans la présentation de son CV.
Les informations qui figurent dans cet article ont été données à l’occasion de l’émission Club Media RH sur RadioBFM, dimanche 28 août 2011



  • La personne en recherche d’emploi dispose d’une minute pour convaincre grâce à son CV, la présentation du CV est donc essentielle, le document doit être clair et aéré.
  • De nombreux CV ne sont pas retenus tout simplement parce qu’ils manquent de personnalisation ( il faut donc éviter à tout prix les copier-coller), il ne faut pas hésiter à encadrer un point qui semble important ( avoir rempli telle ou telle fonction au sein de telle entreprise peut être un atout…)

  • Eviter un CV trop long, le recruteur ne lira pas 3 pages de CV.

  • Les fautes d’orthographes sont également pénalisantes : 1 faute peut être considérée comme une faute de frappe mais au delà de 2 fautes d’orthographe, le recruteur ne retiendra probablement pas le CV.

  • Suivant le poste recherché, le recruteur souhaite voir apparaître certains mots clés dans le CV : sens de la communication, capacité à résoudre les problèmes, productivité, etc
  • Donner un e mail très fantaisiste ne plaît pas vraiment aux employeurs…

  • Inutile de mentir sur les diplômes possédés ( ce serait devenu extrêmement courant même pour les étudiants issus de grandes écoles) ou sur le physique en plaçant une photo qui n’est pas la sienne. Un employeur constatera rapidement qu'on lui a menti et ne recrutera pas le demandeur d'emploi en question.

jeudi 18 août 2011

Etre privé de tous les moyens d'éxécuter son travail peut être considéré comme du harcèlement, le salarié peut obtenir réparation du préjudice...


L'arrêt du 30 mars 2011 de la Cour de cassation, n° 09-41583 décrit une situation de travail qui a été jugée comme étant du harcèlement moral. En effet, les juges ont considéré que l'employeur avait manqué à son obligation contractuelle d'exécution de bonne foi du contrat de travail.

En effet, ce salarié :
avait été privé de secrétaire,
avait du changer de bureau sans raison, alors qu'aucune réorganisation du service n'était intervenue,
ne figurait plus sur l'organigramme des directeurs de la société, (sans motif),
s'était vu retirer l'ensemble de ses collaborateurs,
ses fonctions avaient été modifiées, de façon à supprimer son poste, etc

Ce salarié n'avait donc plus aucun moyen d'action pour réaliser son travail, il s'estimait donc victime de harcèlement moral : il a obtenu des dommages-intérêts en réparation du préjudice subi du fait du harcèlement.